La résolution des images

 

La résolution spatiale est une mesure de la finesse des détails d’une image, pour une dimension donnée. La résolution à partir de laquelle un œil humain moyen ne voit plus la différence est de 76 dpi à 1 mètre de distance. Il a en effet une résolution angulaire limitée, de l’ordre d’une minute d’arc (1/60°).
À droite, le tableau donne une équivalence entre la résolution nécessaire à une distance donnée pour que l’œil humain ne soit plus capable de faire la différence.

À l’impression : les pixels affichés à l’écran sont décomposés en points d’encre pour former une trame. D’où la nécessité d’avoir plus de pixels sur la surface représentée. En général, on normalise la résolution d’une image à 300 Pixels Par Pouces (PPP). L’œil ne permettant pas de voir la différence de qualité au-dessus de ces 300 PPP, les imprimeurs ont donc généralisé cette règle.

En vérité, la résolution spatiale doit être calculée en fonction de la qualité du périphérique de sortie. Sur papier, les PPP (points par pouce) de nos données numériques sont redessinés par l’imprimante ou son logiciel à l’aide de points continus. Le nombre de points continus que l’imprimante est capable de reproduire sur un pouce s’appelle « Définition » et s’exprime en DPI (dots per inch) ou PPP (points par pouce). Le pouce vaut à peu près 2,54 cm.

La définition de l’imprimante est généralement supérieure afin de reproduire les variations de nuances que peut contenir chaque pixel. Seule la résolution des fichiers est variable alors que la définition d’un périphérique est fixe.
Si le nombre de pixels par pouce de l’image est trop petit, l’imprimante restituera les escaliers formés par les contrastes entre les pixels d’une image.

Pour les appareils photo numériques, c’est le nombre total des pixels pris au moment de la capture qui sert d’indice de référence. Il suffit ensuite de connaître le format d’image (aspect ratio) pour calculer la largeur et la hauteur en pixels. La résolution n’a que peu d’importance, car elle sera indiquée plus tard.
Contrairement aux images numériques destinées à être imprimées, les sources vidéos émettent un flux d’image sans résolution spatiale prédéfinie. On parle pourtant bien de définition d’affichage d’un écran d’ordinateur ou d’une télévision qui elle s’exprime bien en nombre de pixels, et non en pixels par pouce.

Distance du support Résolution à partir de laquelle un œil humain moyen ne voit plus de différence, en points par pouce
12.7 cm 600 dpi
20 cm 480 dpi
25 cm 300 dpi
30 cm 253 dpi
50 cm 152 dpi
75 cm 100 dpi
1 m 76 dpi
1.5 m 50 dpi
3 m 25 dpi

Précisons deux termes, qui ne sont pas synonymes, et qu’il ne faut pas confondre :

  • Définition : nombre de points ou de lignes affichées. Un iPad à une définition de 2 048 x 1 536 pixels
  • Résolution : c’est la finesse du point d’affichage moyen à l’écran et sur le papier, elle se mesure classiquement en dpi ou ppp (points par pouce : un pouce = 25,4 mm). Exemple : une imprimante à 300 dpi, un écran à 72 dpi (en théorie) celui d’un iPad est de 256 dpi

Pour le Web

Butomus umbellatus

Une habitude veut que 72 ppp est la bonne résolution pour le Web. Il serait temps de revoir la copie, car aujourd’hui une tablette iPad est à 220 ppp mon MacBook Pro à 130 ppp. Mais surtout, ce qui importe de comprendre c’est qu’il n’y a pas de pouce ou de cm sur un écran mais tout simplement que des pixels !
Que ma réduction soit en 300 ppp ou 72 ppp cela ne change rien, du moment que mon image ci contre à pour taille 400 x 600 pixels, elle prendra sur l’écran obligatoirement le même nombre de pixel.
Exemple d’un écran 24 pouces de 48 x 36 cm et de 1950 x 1460 pixels sont pas de 0.25 mm donne une résolution de 102 ppp. L’image préparée ci-dessus utilisera la résolution de 102 ppp et mesurera sur cette écran 10 x 15 cm et la moitié sur un iPad Retina 24.6 cm de Résolution de 2 048 x 1 536 pixels à 264 ppp.

ipad

 

Pour l’offset

Il n’existe pas de norme en matière de résolution des images destinées à l’impression offset. Pourtant le nombre de pixels présents dans l’image influe sur le résultat imprimé. Pas assez de pixels, et l’image sera … pixellisée. Trop de pixels, et l’image sera floue. Il est vrai cependant que nous ne sommes pas à quelques pixels par pouce près, point n’est besoin d’une très grande précision.

Si l’image ne comporte pas assez de pixels en regard de ses dimensions imprimées, la taille effective desdits pixels une fois imprimés sera trop importante et ils se verront à l’œil nu. Cela entraîne un effet de mosaïque appelé pixellisation.

En revanche, si l’image contient trop de pixels, toujours en regard de sa taille une fois imprimée, ce sont les algorithmes de tramage du RIP qui se chargeront du souséchantillonnage. Or cela n’entre pas dans les compétences d’un RIP, aussi les images seront-elles floues une fois imprimées.
Pour un logiciel professionnel, réduire l’échantillonnage d’une image ne pose aucun problème technique. En revanche, la suréchantillonner est extrêmement compliqué car il est très difficile d’inventer des pixels à partir de rien … Dans la mesure où les images pourront toujours faire l’objet d’un souséchantillonnage lors de la génération du PDF, il vaut mieux, lors de la mise en page, disposer d’images surdimensionnées que sous-dimensionnées.

L’habitude du métier est de parler des résolutions selon les mesures anglo-saxonnes en nombre de points ou de lignes par pouce, soit en dpi (« dot per inch ») ou en Ipi (« lines per inch »), En français, on préférera parler de points par pouce (ppp) et de lignes par pouce (lpp). Traditionnellement, on retient la valeur de 300 ppp (120 p/cm) comme résolution standard d’une image à imprimer en offset en trame traditionnelle. Cette valeur correspond à deux fois la linéature de trame de 150 Ipp. On peut donc considérer que 225 ppp est une résolution optimale pour une trame de 150 Ipp et que 300 ppp est adapté à une linéature de 200 Ipp. Ces valeurs ne doivent pas être dépassées de plus de 50 au risque de rendre l’image imprimée floue. Aussi, adopter une résolution générale de 300 ppp est un compromis acceptable lorsque l’on prépare les images dans la mesure où l’imprimeur aura toujours loisir de les sous-échantillonner s’il s’avère que la linéature retenue est inférieure à 133 Ipp.

 

Au compte-fils :

trameOffset
trameEpson
Trame offset journal

Coupe de 15 mm

Epson Stylus Pro 7900

Coupe de 12mm de large

 

La résolution des tirages photo

Les imprimantes jet d’encre photo grand format offre des tirages de 17’’ à 44’’ de large. Pour ces tirages géants quelle est la résolution minimum ?

Avec une imprimante jet d’encre photo la trame n’est pas linéaire, mais par point de dimensions variables très bien diffusée. Cela permet de sortir des normes du prépresse que nous avons vues plus haut qui dépendent du pas de la linéature. Les imprimantes Epson Stylus Photo impriment à 240ppp. De la il y a deux solutions, soit envoyer le fichier tel quel à 300ppp ou 150ppp, et laisser faire l’imprimante qui va modifier la photo pour être dans la bonne résolution. Soit mettre la photo à 240ppp sous Photoshop, avant de l’envoyer à l’imprimante. C’est la deuxième solution que j’utilise cela permet de gérer finement l’accentuation. Pour les tirages grands formats à partir de 50X75, il faut que la résolution de départ soit au minimum de 100ppp, et extrapoler par étape. Néanmoins, des résolutions plus basses, on peut même descendre jusqu’à 72 ppp, produisent de bons résultats, cela dépend énormément de la photo, une photo d’ambiance genre couché de soleil sur la mer, ou il y a peu de détail aura moins besoin d’une bonne résolution qu’un portrait d’oiseau.
Cela dépend également de la qualité du traitement et de l’importance des modifications apportées. Plus il y  de modification sur la photo, renforcement du contraste dans certaine zone, éclaircissement d’autres, accentuation, réductions du bruit…. plus l’agrandissement sera délicat et le résultat pas toujours satisfaisant.

 

Comparaison

Pour un magazine, une double page (A3) à 300 PPP un fichier d’une caméra de 12 à 16 Mpix est nécessaire. Presque 5’000 pixels sont nécessaires pour 42 cm de large à 300 ppp 5’000 x 3300 = 16.5 Mpix soit le capteur d’un D4.
Pour un grand tirage de 60 x 90 cm nous obtiendrons une résolution de:

  • 85 ppp avec un D70 6Mpx (3008 pixels/35,4’‘ = 85 points par pouce
  • 120 ppp avec les D3 D300 D700 12 Mpx
  • 140 ppp avec un D4 de 16 Mpx
  • 207 ppp avec le D800 de 36 Mpy

D800

Le principal intérêt des 36 millions de pixels d’un D800 est lié à la possibilité de réaliser des tirages grand format de qualité supérieure à ceux que l’on pouvait réaliser avec la génération précédente.
Il serait impossible de différencier une même prise de vue réalisée avec les 12 millions de pixels d’un D700 de celle qui aurait été réalisée avec les 36 millions de pixels d’un D800, si le format est plus petit que le A2 ( 420 X 594 mm ) voir, même en A1, selon des comparaisons d’experts. Et même là, cela supposerait que l’on mette côte à côte les deux tirages et que l’on se colle le nez dessus, voir que l’on utilise une loupe (ce qui n’est pas nécessairement la meilleure façon d’apprécier une image).

Mais c’est une notion qui reste très subjective et qui suppose que l’on place côte à côte deux tirages d’un même sujet, cadré de la même façon, et réalisé avec des capteurs différents. Si la prosécogénie “qualité de ce qui suscite l’attention* de l’image est forte, le photographe aura facilement tendance à attribuer à la résolution de son capteur ce qui relève en réalité de la qualité esthétique de sa photo.

 

Extrapolation

Si la photo ne compte pas assez de pixels vis à vis du format et de la résolution d’impression, le logiciel va redimensionner l’image en multipliant les pixels existants pour produire une image satisfaisante pour l’œil. Les logiciels font des prouesses, mais il ne pourront pas inventer les pixels manquants et créer les détails qui étaient absents du fichier original.

L’extrapolation se verra plus sur un petit tirage qu’un grand tirage à résolution identique, le nombre de pixel au départ étant plus faible sur le petit tirage. Un petit tirage sera aussi regardé de plus près, et notre oeil distinguera plus de détail.
Il faut extrapoler pas mal avant de voir des pixels, en regardant l’impression ou à la taille d’impression sur l’écran (à peu près 37%).
Si vous envoyez vos grands formats à réaliser, le tireur préfère que le client n’extrapole pas. Si votre fichier n’a pas la résolution voulue, transférez le tel quel malgré tout au lieu de l’agrandir artificiellement avec vos logiciels. Les tireurs disposent du savoir faire et d’outils pro qui optimise l’interpolation.

 

JeanDa2012071601989

Page précédente Page suivante