Format d’image et compression

 

Jpeg

Trolle d'Europe - Trollus europaeus

L

e format JPEG (.jpg) est largement utilisé pour la photographie grand public, mais aussi pour l’échange d’images destinées à l’impression. Son grand avantage est qu’il est doté d’algorithmes de compression. Les fichiers enregistrés en jPEG occupent moins d’espace que ceux en TIFF (.tif) ou au format Photoshop (.psd). 

A votre avis, que peut bien peser cette image ?

Vous dites 100 ko ? vous avez triché en téléchargent mes boutons d’or, c’est effectivement son poids en octet. Pour cela j’ai changer sa résolution en 600 x 400 pixels. Mais si je désire l’envoyé pour impression à sa résolution maximale de 4200 x 2800 pixels, son poids sera de 7’200 ko ou 7,2 Mo en Jpeg oui mais mon tireur l’aimerait en Tiff afin de disposer de plus de tons dans les vert et surtout sur le jaune. OK, mais le poids passe à 72 Mo tout de même dix fois plus que le Jpeg ! L’original que je conserve en RAW ne fait lui que 17 Mo  

 L’inconvénient est que, pour compresser les images, le jPEG détruit une partie de leurs informations chromatiques. Il existe plusieurs niveaux de qualité disponibles dans les logiciels de traitement d’image ou directement dans les paramétrages d’exportation des appareils photo numériques. Chacun de ces niveaux propose un ratio de compression inversement proportionnel à la qualité subsistante des images après décompression. 

Il n’existe pas de normes concernant l’échelle de ces niveaux. Celle-ci rend compte des 2 tables de quantification utilisées lors de la compression et qui comprennent chacune 64 valeurs. Dans Photoshop, les niveaux sont numérotés de 0 (compression maximale) à 12 (qualité maximale), mais cette gradation de qualité ne peut pas être directement comparée à celle d’autres logiciels. Retenez que pour une image destinée à l’impression, la sélection de la plus haute qualité est toujours préférable au détriment naturellement du taux de compression. 

 

 

La compression JPEG détruit systématiquement

La compression JPEG détruit systématiquement une partie des informations chromatiques de l’image. La compression de qualité maximale du jPEG détruit dans un premier temps des informations auxquelles l’œil humain n’est pas ou peu sensible, mais, répétées un grand nombre de fois, ces dégradations deviennent de plus en plus visibles.
Pour cette raison, le format jPEG ne doit pas être utilisé comme format de travail sur les images. Il ne peut s’agir que d’un format d’échange ou d’archivage. C’est en ce sens qu’il a été adopté comme l’un des algorithmes de compression du PDF autorisés par les normes ISO, l’autre étant le ZIP qui est un algorithme non destructif. 

Trolle d'Europe - Trollus europaeus

Trolle d'Europe - Trollus europaeus

compression moyenne

Compression élevée

Avantage du Jpeg:
  • Directement utilisable
  • Passe partout
  • Fichier peu volumineux
Inconvénient:
  • Format compressé avec pertes visuelles des tons
  • Peu modifiable et en 8 bits (256 niveaux par couleurs primaires)
  • Perte importante lors de réenregistrement

 

Et le png ?

C’est le format appelé à devenir le futur standard internet. Comme le gif il permet le détourage des images, mais là où le format gif enregistre 256 couleurs, le png en retient 16.7 MILLIONS ce qui offre une image parfaite, avec un excellent rendu des nuances et des dégradés. La taille des fichiers reste raisonnable, et, technologie dont ce format est le seul a disposer, il permet la compression sans perte de donnée ! C’est donc le format en devenir.

 

Le format Tiff

 Comme format de travail ou d’échange d’images haute résolution entre les logiciels, préférez le format TIFF sans compression.

Le format Tiff (pour Tagged Image File Format), est un format d’images très répandu et publique,  l’un de ces principaux avantages est d’avoir été l’un des premiers formats de fichiers graphiques existants ayant supporté la séparation en quadrichromie. Le Tiff est un des premiers formats d’images pouvant êtres compressés, avec un algorithme non destructif, le fameux LZW. 

Il supporte de nombreux codages des pixels, de 1 à 64 bits par pixel et permet de stocker des images dans de nombreux espaces colorimétriques : noir et blanc, monochrome, en couleurs réelles ainsi que des images indexées, faisant usage d’une palette de couleurs. Il supporte aussi le RVB, le YCbCr, le CMJN et le CIELab. Il supporte de nombreuses informations additionnelles sur les couleurs utiles à la calibration colorimétrique comme la correction gamma afin de pouvoir être vu de manière assez proche sur des systèmes différents.

magi2

Avantage du Tiff:
  • Permet de stocker des images en couleurs réelles, jusqu’à 32 bits par pixels.
  • L’enregistrement au format TIFF n’altère pas l’image.
  • Format universel dans le domaine de l’impression.
  • Pérennité certaine
Inconvénient:
  • Poids de l’image très lourd.

 

Format PSD

Le format Psd (pour PhotoShop-Document) est un format propriétaire crée par Adobe, il partage certaines particularités avec le format Tiff, comme la séparation en quadrichromie (voire du multi-couches pouvant accepter des couleurs d’accompagnement), et un format de compression non destructif (très proche du LZW). Un des points forts du format Psd, contrairement au Tiiff, est la gestion des masques vectoriels, fonctionnalité héritée d’un autre format issue des laboratoires d’Adobe, le format Eps (pour Encapsuled Post-Script), lui même étant un dérivé du format de description de pages PS (Post-Script).
Le format Tiff, contrairement au format Psd, est beaucoup plus universel (la variante sans calques), en raison de son ancienneté la plupart des environnements informatiques le supportent et le nombre de logiciels capables de l’éditer et de l’utiliser étant beaucoup plus nombreuse que pour le Psd.

Néanmoins, le format Psd est largement plus perfectionné et évolué que le Tiff en termes de capacités d’édition et de modification, mémorisant une foule d’informations pouvant être exploitées par des logiciels comme Photoshop.

 

Format RAW

Le format RAW généré par l’appareil contient des informations brutes du capteur. Ce format offre une plus grande souplesse pour le post traitement de l’image et permet de reprendre les réglages de l’appareil sans aucune perte.  

Le format Raw, comme son nom l’indique est un format « brut », du moins c’est ce que l’on peut en déduire de son appellation qui délivrent directement les données issues du capteur. Cependant, pour être exploitable ces données doivent être interprétées afin d’accéder aux informations rouge, vert, bleu qui vont reconstituées l’image en couleurs. Un logiciel spécifique et propre à chaque marque permet de réaliser cette opération.
En effet, le format Raw est un format propriétaire, ce qui signifie qu’il est différent pour chaque fabricant et voir même pour chaque appareil photo chez un même fabricant. De plus, c’est un format fermé.
La particularité du format Raw tient au fait qu’il enregistre les informations données par le capteur sans les traiter. De ce fait, vue les différences entre les diverses technologies, il paraît difficile d’avoir un format « standard », en gardant les informations issues du capteur inchangées.

Les informations enregistrées par le format RAW sont généralement codées sur 12 ou 14 bits. Cela signifie que pour chaque pixel de l’image, on aura entre 4096 et 16384 valeurs de rouge, de vert et de bleu possible.
Le principal problème posé par le format RAW actuellement est son manque d’interopérabilité et son archivage incertain. En effet, il existe de nombreux types de fichier RAW, tous étant des formats propriétaires. Les fabricants se souciant peu de la mise à jour de leurs logiciels pour leur matériel ancien, certains fichiers RAW risquent de ne plus plus pouvoir être gérés par les nouveaux logiciels.

Format RAW de Nikon

Le format NEF (Nikon Electronic File) comme tous les RAW présente d’une part les données d’une image en devenir et séparées, les instructions de réglages lors de la prise de vue, plus les instructions pour les versions de corrections. Contrairement aux formats Tiff et Jpeg ou l’image est livrée terminée dans le fichier, le Nef doit passer par un logiciel qui permet de revoir, après coup, les réglages tels que; balance des blancs, courbes, balance des couleurs et accentuation, D-lighting (éclaircissement des zones sombres), de la suppression des poussières et de l’exposition de +/- 2 IL. 

La partie du Nef contenant l’image en devenir est verrouillée, seules les instructions de corrections sont modifiables avec View NX2 et Capture NX2. Les instructions de réglages d’origine sont rappelables si nécessaire. Par contre, les réglages de correction les remplacent pour la construction de l’image finale. Traduction: Si le photographe a choisi très saturé à la prise de vue, la correction saturation normale sera appliquée en lieu et place et non en une couche de désaturation inverse pour corriger le choix d’origine. 

Une Nef ouverte par caméra RAW sera en lecture seule ! On ne pourra pas changer les réglages d’origines, car on n’y a pas accès. Bien sûr Caméra RAW va développer l’image et appliquer nos corrections très bien. Les corrections seront enregistrées, non dans les instructions du fichier Nef, mais, dans un fichier séparé XMP. Cela, avant d’être converti au format de travail de Photoshop ou Lightroom. Donc, dans ce processus Adobe, nous avons, après traitement, au minimum trois fichiers distincts: le Nef d’origine, le XMP avec ses couches de filtres et autres métadonnées et enfin le fichier final au format PSD, Tiff et/ou Jpeg.

Pour faire une comparaison rapide, DPP de Canon, View NX2 de Nikon et Caméra RAW d’Adobe ont pratiquement les mêmes fonctions de traitement à la différence que celui d’Adobe fonctionne avec tous les formats RAW. Puis l’image devra être travaillée dans un autre logiciel. Mais Nikon Capture NX2 offre en plus des outils très complets de retouche de zone qui permet même de se passer de son grand frère Photoshop.

 

Avantage du RAW:
  • L’image RAW est enregistrée avec une profondeur de couleur de 12 à 14 bits par pixels.
  • L’image d’origine est préservée.
  • Largement modifiable sans perte, y compris l’exposition et la balance des blancs.
  • Plusieurs versions de traitement de l’image peuvent être mémorisées dans le fichier Nef; (format Nef traité avec NX2)
  • Et toutes les versions de traitement peuvent être modifiées, ajoutées ou annulées sans jamais toucher à l’image brute. (format Nef traité avec NX2)
Inconvénient:
  • Format propriétaire
  • Non utilisable sans traitement et conversion dans un logiciel propriétaire ou dédier
  • Risque de non pérennité

Abeille sur tournesol

Page précédente Page suivante