Pour une tête de saumon

Etrange banquet dans cette tourbière recouverte d’une nappe blanche immaculée suite à la tempête de la nuit précédente. Les nombreux convives accourent à tire d’ailes. Grand corbeaux et corneilles mantelées dans leur beaux costumes noirs et gilets gris. Et voici dans de somptueux smoking blanc les superbes goélands. Que le repas commence ! Saumon en entrée !

Mais voici, Ours brun qui aux bruits des volatiles presse son allure ondulante et s’inquiète des restes. Après tout c’est pour lui ce festin. Depuis huit ans il fait le déplacement, dès son réveil début avril, de sa tanière en Russie toute proche, pour profiter avec ses compères, du couvert offert chaque soir de printemps. Les corvidés ne lâchent pas facilement la fourchette et quelques impudents piquent de leur bec le cul du gros poilu. Celui-ci se retourne près à balancer une gifle à l’emplumé déjà envolé. Et constate qu’il s’est fait avoir, car son repas lui est volé sous son nez.